Une violente attaque attribuée aux combattants islamiques de Boko Haram dans la soirée du lundi 02 avril avait couté la vie à cinq soldats camerounais.

« Ils nous ont attaqué dans la nuit vers 18h45 (TU), au poste de Sagmeune. Le lieutenant a été égorgé avec quatre autres militaires. Les terroristes ont aussi emporté des armes », avait confié une source sécuritaire.

Dans une communication du 4 avril 2018, Issa Tchiroma Bakary, porte-parole du gouvernent avait pour sa part, indiqué que les terroristes de Boko Haram avaient des subterfuges pour tromper la vigilance des forces de défense et de sécurité camerounaises.

« Usant de perfidie, les éléments du groupe terroriste venus en grand nombre ont, pour les besoins de leur sordide besogne, maquillé les véhicules tout-terrain à bord desquels ils se déplaçaient et arboré des tenues militaires aux couleurs et motifs de la Force Multinationale Mixte.

C’est grâce à ce subterfuge qu’ils ont pu se rapprocher de la position occupée par nos Forces de Défense, avant d’ouvrir le feu de manière instantanée. Cette attaque a fait cinq victimes et trois blessés parmi nos Forces de Défense », rapportait-il.

Cette autre attaque meurtrière intervenait 24 heures seulement après celle de la nuit de dimanche à lundi 02 avril à un poste de l’armée camerounaise de la force multinationale mixte à Amtalia dans l’Extrême -Nord du Cameroun.Le bilan provisoire ici faisait état de trois morts, dont deux kamikazes.

Le ministre a également évoqué l’attaque menée deux mois plus tôt par les mêmes terroristes qui avaient été déroutés par les forces de défenses camerounaise.

Malgré son affaiblissement sur le plan militaire, la secte islamique Boko Haram reste active et poursuit sa mission de terreur par des attaques sporadiques et des incursions dans l’Extrême Nord du Cameroun.

Source: 237actu.com

Laisser un commentaire / Leave a comment

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here