RDPC: la guerre d’une alternance successorale au Cameroun voici les détails

Une fois de plus les forces néo coloniales despotiques et pillardes autochtones en mal de compétition et de positionnement auprès d’un dirigeant vieilli, fort de leurs résultats de misère et d’incompétence, tentent de divertir le peuple dans leurs luttes fratricides. Aidées par leurs relais extérieurs, elles nous réchauffent de vieux scenarii sur la succession à la tête de l’Etat (1). Les forces révolutionnaires et les progressistes, en synergie avec les masses populaires promettent aux différentes ‘’créatures’’, au moment opportun, un Kamerun en effervescence générale et permanente jusqu’à la destruction totale du système néocolonial !

Hier les mêmes créatures par leurs relais médiatiques extérieurs habituels, célébraient un autre dignitaire du régime pillard comme potentiel successeur du ‘’roi’’. Même un organe de la place s’était, il y a une dizaine d’années, lancé dans les mêmes simulations. En confondant sciemment le fait de s’imposer comme nouveau leader au sein du Rdpc, et devenir conséquemment le nouveau dirigeant d’Etat.

Nous savons que plusieurs de nos compatriotes accomplissent dignement leurs tâches quotidiennes par-ci, par-là, pour le développement du pays ; même s’Ils refusent d’entrer dans le stade.
Mais à vous toutes ces créatures, continuez vos spéculations, vos gesticulations conflictuelles des réseaux pillards, ésotériques et de confiscation des possibilités, d’un Autre Kamerun. Pour l’heure fatidique, les Révolutionnaires, les progressistes et les masses populaires se préparent à un autre scénario :

Aussitôt que le vrai et le seul militant du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC) sera rappelé à ses aïeux. Car pour nous, incapables de le chasser du pouvoir, Paul Biya y mourra. Sinon, il sera traîné dans les rues et les tribunaux ; malgré toutes les dispositions constitutionnelles actuelles. Il le sait pertinemment…

Dès lors, une partie des créatures, dans la peur totale, va s’enfuir du pays. Celle qui aura le courage d’y rester, va se livrer à des batailles sanglantes inédites, de légitimité et d’héritage. Les luttes féroces et sourdes actuelles en sont une indication. Dans le même sillage, nous découvrirons certains dignitaires du Rdpc, qui viendront nous dire demain qu’ils sont aussi des patriotes et des nationalistes, mais cachés ou masqués au sein du parti gouvernant. Pour preuve, quelques-uns prétexteront d’avoir milité avec nous hier ou avant-hier ! Mieux, leurs parents étaient des Nationalistes. D’autres, affirmeront même, qu’ils sont nés dans les maquis. Mais la situation du pays était telle qu’il fallait faire comme tant d’autres, afin de survivre, dignement et sans problème. Sans laisser de côté, toutes les proies actuelles de l’Epervier qui croupissent dans les prisons et leurs bandes armées réelles ou imaginaires dans l’ombre…

Si jamais, le Rdpc survit à cette conflagration interne inévitable, il sera, in fine, un parti politique exsangue.

A ces créatures, aux divers lobbies ethno fascistes, aux cercles ésotériques ou de la finance, les Révolutionnaires, les progressistes et le peuple kamerunais, en temps opportun, vous promettent un affrontement inédit, certainement au prix de nos vies, afin de détruire à jamais, le système néocolonial despotique et pillard au Kamerun.

Columnist: Bayemi Ba Batta

Laisser un commentaire / Leave a comment

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here