En route pour Beijing, en République populaire de Chine, où il effectue une visite d’État du 22 au 24 mars prochain, le chef de l’État camerounais, Paul Biya, a quitté Yaoundé ce 18 mars en compagnie de son épouse Chantal Biya. Une visite fortement teintée d’économie.

Selon un communiqué du cabinet civil de la présidence de la République, la suite officielle du chef de l’État camerounais comprend :

Lejeune Mbella Mbella, ministre des Relations extérieures;

Samuel Mvondo Ayolo, ministre directeur du Cabinet civil de la présidence de la République;

Emmanuel Nganou Ndjoumessi, ministre des Travaux publics;

Mengot Arrey Nkongho, ministre chargé de mission à la présidence de la République;

Alamine Ousmane Mey, ministre de l’Économie, de la planification et de l’aménagement du Territoire ;

Gaston Eloundou Essomba, ministre de l’Eau et de l’Energie;

Alim Hayatou, Secrétaire d’État auprès du ministre de la Santé publique;

Luc Sindjoun, conseiller spécial à la présidence de la République;

Contre-amiral Joseph Fouda, Conseiller spécial à la présidence de la République;

Martin Mpana, ambassadeur du Cameroun en république populaire de Chine;
Simon Pierre Bikele, chef du protocole d’État`;

Christophe Eken, président de la Chambre de commerce, d’industrie, des mines et de l’artisanat

Célestin Tawamba, président du Groupement inter patronal du Cameroun (GICAM).

Il est à noter qu’au sein de cette suite officielle, en plus des officiels gouvernementaux, on retrouve Christophe Eken, président de la Chambre de commerce, d’industrie, des mines et de l’artisanat, et Célestin Tawamba, président du Groupement inter patronal du Cameroun (GICAM), deux personnalités représentatives du secteur privé camerounais. Ce qui laisse penser que la visite d’État du président Paul Biya en Chine aura une forte connotation économique. Ceci d’autant plus que, selon certaines sources, environ 115 opérateurs économiques feraient partie du voyage.

La Chine, faut-il le rappeler, est un partenaire stratégique du Cameroun. Les investissements chinois dans ce pays ces dernières années s’élèvent selon les experts, à plus de 1000 milliards de F CFA. Par ailleurs, Beijing est directement impliqué dans des grands chantiers d’infrastructures de transports, les barrages hydroélectriques, les adductions d’eau, etc.

Il y a donc lieu de penser qu’au moment où le Cameroun lance ses grands projets de deuxième génération, la visite d’État que le président Paul Biya entame en Chine le 22 mars prochain contribuera à renforcer la coopération déjà très fructueuse entre les deux pays.

Source: camerounlink.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here